Au cours des premiers étés à Kéno, les campeurs ont eu de nombreuses occasions de partir en canot avec leur groupe pour la journée lors d’activités spéciales.

Les sorties en canot
Le Kémi

Le Kémi était un grand jeu thématique qui se déroulait pendant la troisième semaine du séjour, sur le lac Montauban. Pendant trois jours et deux nuit, les campeurs étaient séparés en deux équipes : les cowboys et les indiens, et devaient relever plusieurs défis. Courses de canot, chasses aux trésors et jeux de stratégies étaient à l’honneur!

Les sorties en canot

Le pique-nique au Montauban

 Au cours du premier séjour, les quatre groupes sont partis pour une journée de canot. Ils ont remonté la Rivière Noire et pagayé tout l’avant-midi pour atteindre le lac Montauban, où ils ont dîné sur une grande plage de sable près de l’entrée du lac. À cette époque, il n’y avait qu’un ou deux chalets sur tout le lac, et les campeurs se sentaient comme au bout du monde! Après le dîner, le père Paul les a dirigés vers un petit sentier à peine visible au travers des arbres, jusqu’aux fameuses Chutes du Diable. Là-bas, il leur a raconté la légende d’Alexis et de son canot magique, qui aurait façonné le tracé sinueux de la Rivière Noire qu’ils avaient parcourue le matin-même. Il leur a également montré l’endroit dans la chute où le canot se serait accroché. Ce fut le premier pèlerinage vers cet endroit mystérieux.

Les sorties en canot

Dans l’après-midi, les groupes sont retournés à la plage pour profiter du beau temps, avant de retourner vers le camp. Roger Landry se souvient bien de cette journée mémorable : « Ce fut tout un défi d’avironner sur une aussi longue distance, mais quelle découverte que les Chutes du Diable! Nous avons eu beaucoup de plaisir à nous amuser sur la plage par une aussi belle journée. » Le pique-nique est devenu une tradition incontournable du camp de vacances dans les années suivantes.

Les sorties en canot

 Les sorties en canot

L’expédition au lac Nadeau

Pour le père Paul, l’expédition était le point culminant d’un séjour à Kéno, et il en parlait aux campeurs avec enthousiasme depuis leur arrivée. Ils étaient donc tous très fébriles quand le jour du départ est enfin venu. Ils ont chargé tous les bagages et le matériel de camping  dans leurs canots, et se sont dirigés vers l’entrée du lac Nadeau, derrière l’île située en face de la plage.

Les sorties en canot

À la file indienne, ils ont franchi le petit ruisseau menant à la décharge du lac Nadeau, en dirigeant leurs embarcations à travers les roches avec leurs mains. À cette époque, il n’y avait pas de tuyau ou de barrage de castor à l’entrée du lac, et tous ont fait très attention à ne pas déchirer la toile de leur canot au passage. Une fois sur le Nadeau, ils ont pagayé vers une toute petite plage de gravier, qui constituait l’entrée vers leur site de campement.

Les sorties en canot

Au bout d’un petit sentier à peine aménagé se trouvait le fameux campement, constitué d’une tente, d’une table placée sous une bâche et d’un emplacement pour le feu de camp. Le père Paul, emballé, a annoncé à tous avec aplomb : « C’est notre campement! C’est ici que vous allez réussir votre première expédition, voyez comme c’est merveilleux! ».

Les sorties en canot

Après avoir déballé leurs bagages et s’être installés dans la tente, les jeunes ont passé une partie de l’après-midi à améliorer le sentier reliant le lac Nadeau au Montauban. L’heure du souper arrivée, ils sont retournés au site de campement, affamés. Le père Paul a préparé le repas sur le feu, en prenant le temps d’expliquer chacun de ses gestes pour que les jeunes comprennent l’importance d’un bon repas en expédition. Une fois le souper avalé et la vaisselle nettoyée, les campeurs ont eu droit à une légende autour du feu. Quand il racontait, le père Paul arrivait sans problème à capter l’attention de tout le groupe.

Les sorties en canot

Le lendemain matin, après un bon déjeuner de gruau, les jeunes ont refait leurs bagages, rechargé les canots et sont repartis vers le camp. Pour plusieurs, cette première expérience d’expédition fut tout simplement inoubliable.

Les sorties en canot

50 ans plus tard, l’expédition est toujours la pierre d’assise d’un séjour à Kéno, car comme le disait le père Paul, « C’est en expédition de canot-camping que le jeune devient vraiment lui-même! »

Elisabeth Blais 

 

 

 


ELISABETH BLAIS
Coordonnatrice aux communications