Susie-Blanche Paradis
Nom de camp : WoOops
Kéno, mon camp depuis 5 ans

Susie-Blanche Paradis

Quel a été votre parcours avant d’arriver à kéno?

Je suis dans le monde des camps depuis 2004! J’ai d’abord travaillé dans les camps de la Ville de Québec, où j’ai été animatrice et coordonnatrice. J’ai ensuite fait ma technique d’intervention en loisirs à Rivière-du-loup. Après mes études, mon premier emploi a été d’être Responsable des sports dans une école secondaire. Puis, j’ai été engagée à Kéno en 2011 comme Responsable de la programmation pour le camp de jour, poste que j’occupe toujours aujourd’hui! Je suis également maître formatrice DAFA.

Susie-Blanche Paradis

À quoi ressemble une journée typique pour la Responsable de la programmation?

Ça dépend beaucoup de la saison! Pendant l’automne et l’hiver, on fait toute notre préparation pour la saison estivale. Je dois monter la grille de programmation, choisir les programmes spécialisés, trouver des collaborateurs ou monter moi-même les programmes qui sont préparés à l’interne, établir les horaires d’activités des différentes semaines, prévoir les sorties pour les camps municipaux, etc. C’est un travail qui demande beaucoup de créativité, d’organisation et de recherche. Parfois on reçoit des demandes pour un certain type de programme, d’autres fois on a une idée complètement originale et on espère qu’elle sera populaire!

Susie-Blanche Paradis

Je m’occupe également de l’organisation des activités à l’interne, et de la mise en place des thématiques sur le camp. Je dis d’ailleurs souvent que j’ai un BAC en Pinterest!

Pendant l’été, mon travail consiste en grande partie à gérer les imprévus sur le terrain, à « éteindre  les 1001 petits feux » qui s’allument un peu partout sur nos différents sites. Je m’assure que la magie s’opère partout, que les animateurs, les coordonnateurs et les responsables de sites ont tout ce dont ils ont besoin pour que les activités se déroulent bien et que les enfants vivent une expérience merveilleuse.

Susie-Blanche Paradis

Quel est votre endroit préféré au camp?

Je dirais que c’est le « magasin » que nous avons au sous-sol. C’est l’endroit où l’on garde tout le matériel de bricolage, un genre de labyrinthe de carton, de feutrine, de billes, de plumes, de ficelle, de crayons et de 1000 autres choses. C’est l’endroit qui me permet de transformer les idées que j’ai en tête (ou dont je me suis inspirée sur Pinterest) en projets concrets, et ça m’oblige encore une fois à faire preuve de créativité pour arriver à faire beaucoup avec peu. Une petite visite au Dollorama pour compléter le tout me fait aussi toujours plaisir!

Susie-Blanche Paradis

Selon vous, qu’est-ce qui rend Kéno unique?

Je crois que ce qui rend le camp unique, ce sont les souvenirs que les enfants s’y font. Parfois, ils sont marqués par des choses qui nous semblent toutes simples, ils accrochent sur un élément de la thématique et s’en souviennent encore des années plus tard. Mon fils Antony, par exemple, me parle encore des monstres du lac qui faisaient partie de la thématique la première fois qu’il est allé au camp, alors qu’il avait 3 ans!

C’est donc ça qui fait la force de Kéno selon moi, cette petite dose de magie, ce droit qu’on se donne de passer l’été au pays imaginaire avec les pirates et les licornes!

Susie-Blanche Paradis

Que souhaitez-vous à Kéno pour les 50 prochaines années?

Je lui souhaite encore plus de magie et de folie! J’espère qu’on saura continuer à mettre cette petite touche spéciale dans l’été des enfants, à leur donner des souvenirs dont ils parleront encore même une fois adultes!

Susie-Blanche Paradis