En effet, dans la foulée de l’attentat contre la mosquée de Sainte-Foy, la direction tenait à passer à l’action à sa façon, par souci d’éducation et de sensibilisation. Grandement interpellé par le débat entourant la place de la communauté musulmane et plus précisément celle des enfants musulmans à Québec, le directeur général de Kéno, François Vézina, souligne que « c’est assurément l’une des meilleures façons de changer les mentalités que d’offrir des occasions de cohabitation entre enfants. On peut construire tout ce qu’on veut dans notre monde aujourd’hui, même les attitudes collectives.» Il ajoute : « Une fois sur le camp, les enfants sont tous semblables et ont tous les mêmes aspirations, soit être eux-mêmes, s’amuser et grandir en harmonie avec leur entourage. »

L’équipe croit que c’est cette attitude qu’il faut encourager pour contrer l’intolérance et favoriser le mieux-être global de notre société. La présente démarche s’inscrit naturellement dans la lignée d’actions de Kéno qui, grâce à sa Fondation et depuis une dizaine d’années, accueille gratuitement de jeunes immigrants de divers horizons. En plus de permettre la pratique d’une multitude d’activités à la fois ludiques et formatrice, ces séjours uniques de 5 à 13 jours renforcent les valeurs d’ouverture, d’entraide, de respect et de cohabitation.

 

DSC01593

  

Pour consultation :
Communiqué de presse – Kéno prône le vivre ensemble 
Le Camp Kéno multiculturel. Steeve Alain, Le Courrier de Portneuf. En ligne – Le 4 août 2017
Le Camp de vacances de la diversité. Kéno construit l’adulte de demain. Charles Lalande, Le Jacques-Cartier. En ligne – Le 12 août 2017

Audréane Lafond
Chargée de projet communications marketing